Fracture du fémur : quels sont les risques?

La fracture du col du fémur est un réel problème de santé publique. Elle fait partie des fractures les plus courantes en traumatologie. Par an, cette blessure peut toucher plus de 75 000 personnes, notamment les femmes âgées.  Quels sont alors les risques de cette fracture ? Comment la prévenir et la guérir ? Toutes les réponses dans cet article.

Qu’est-ce qu’une fracture du col du fémur ?

Dans l’organisme humain, le fémur est l’os le plus long de la cuisse. Il présente une jonction étroite liant la tête de l’os au trochanter. Cette zone étroite nommée « col du fémur » se trouve dans le bassin et est souvent sujette à des fractures chez les seniors, principalement les personnes à l’âge avancé. Il existe deux types de fractures qui peuvent intervenir dans cette partie du corps. Il s’agit de :

A lire en complément : Quel est le pays où il faut vivre ?

  • La fracture cervicale ou la fracture du col du fémur qui se produit dans la partie la plus étroite qui est le col ;
  • La fracture trochantérienne qui est une brisure du trochanter.

Par ailleurs, la fracture du col du fémur, notamment dans le domaine de la traumatologie, fait partie des trois fractures les plus populaires dans le monde. Elle est d’ailleurs la seconde cause d’hospitalisation chez les personnes âgées de plus de 70 ans. En outre, la fracture du col du fémur peut être causée par l’ostéoporose qui se déclenche chez la femme après la ménopause, les chutes, le vieillissement, la perte d’autonomie, etc.

Fracture du col du fémur : quels sont les risques ?

Pour soigner une personne touchée par cette blessure, il est important de procéder à une arthroplastie. Il s’agit d’une opération chirurgicale qui consiste à mettre une prothèse en remplacement de l’articulation de la hanche. Pour récupérer de l’opération, les adultes mettent généralement 3 à 6 mois, contrairement aux juniors. Vu que le col du fémur est un endroit très difficile à vasculariser, il peut également être difficile de consolider l’os. De fait, des complications peuvent alors apparaitre telles que les phlébites, les infections urinaires et pulmonaires, les escarres, etc. Ces problèmes sont principalement dus à la paralysie prolongée de la personne qui est tombée.

A découvrir également : Quelle est la plus belle région de France ?

En plus de cela, la rééducation qui vient directement après l’opération est une procédure très longue et douloureuse. Puisque la hanche a une grande fonction dans la marche, le col du fémur brisé conduit à une importante perte d’autonomie. Cela peut alors provoquer des difficultés pour se déplacer ou avoir la phobie de sortir seul. De plus, si la personne touchée reste trop longtemps au sol, cet accident devient traumatisant pour cette dernière et peut même être à l’origine d’une folie.

Fracture du fémur : comment la traiter ?

Après avoir identifié le type de fracture du fémur à l’aide d’une radio, le traitement chirurgical propose deux possibilités. L’ostéosynthèse est la première possibilité. Elle consiste à mettre des plaques ou des vis pour neutraliser et consolider la blessure. La deuxième option est l’implantation d’une prothèse de hanche partielle ou totale. Celle-ci est la plus utilisée pour les personnes âgées, car leurs os se réparent lentement, contrairement aux os des jeunes. Dans les deux options, un centre de rééducation et un séjour dans une maison de repos sont offerts aux personnes âgées pour leur permettre de renforcer leur tonus musculaire et leur amplitude articulaire.

Comment prévenir cette blessure chez les personnes atteintes ?

Pour prévenir les factures du col du fémur chez les personnes âgées, surtout chez les femmes, il faut nécessairement passer par le traitement de l’ostéoporose. Plusieurs médecins ont prouvé qu’une longue prise d’œstrogènes, un apport en calcium et en vitamine D réduisaient exponentiellement les fractures de l’extrémité supérieure de l’os. Pour tout le monde, il est nécessaire de prévenir les chutes. Cette prévention exige à la fois une bonne alimentation permettant de garder la forme et des exercices physiques appropriés afin de compenser la perte musculaire.

De plus, afin de prévenir cette blessure, il est possible d’aménager et adapter les domiciles. Cela peut être par exemple : réaménager les circulations, retirer les tapis, installer une chambre au rez-de-chaussée ou encore installer des équipements pour faciliter l’accessibilité et renforcer la sécurité de la personne touchée.

Seniors